Micro-mobilités : Ne ratons pas (2 fois) l’occasion de créer une licorne française.

Une évidence pour les villes et les urbains en 2020

Le contexte sanitaire va accélérer l’adoption de nouvelles micro-mobilités.

Alors, une occasion perdue de créer une licorne française, dix de trouvées !

  1. La multimodalité : La SNCF, la RATP et autres Keolis vont devoir proposer à leurs clients des alternatives crédibles à la voiture thermique individuelle quand ils descendent de leurs trains, bus, RER, … pour rentrer chez eux, se rendre à leurs rendez-vous, ou dans l’autre sens pour aller prendre leur train. Des partenariats entre ces acteurs publics et les startups comme Pony, Zoov, sont en train d’émerger, via des plateformes multimodales ;
  2. Le car sharing : Paris vient d’annoncer la suppression de 70 000 places de stationnement dans ses rues, soit 50% des places en surface. La voiture individuelle privée est à nouveau malmenée au bénéfice — pourquoi pas — de la voiture partagée. Imaginez si la Ville décidait d’accorder en concession quelques milliers de ses places restantes à des opérateurs privés ! Getaround est sur le coup, mais il y a quelques opérateurs français intéressants comme Virtuo, Toosla etc. ;
  3. Le vélo de fonction : C’est une offre de vélo par abonnement, proposée par les entreprises aux salariés. Nouvel usage qui doit encore se faire une place dans les différentes options de micro-mobilités, il peut venir accélérer l’adoption du vélo surtout si les grandes entreprises adoptent ce service comme un avantage pour leurs salariés, et si, bien entendu, les villes continuent leurs efforts pour créer toujours plus de pistes cyclables ; on voit émerger des acteurs français comme Zenride qui n’ont rien à envier à Businessbike, Jobrad ou Swapfiet.
  4. Les vélo-cargo électriques : pour transporter une palette ou même des personnes, les vélos cargos ou encore les véhicules individuels électriques sont une solution qui permettrait de décongestionner les rues étroites de nos villes.
  5. Agréger les micro-mobilités : Chaque industrie a droit à sa course à la plateformisation ; les micro-mobilités n’y échappent pas. Est-ce qu’un opérateur français parviendra à tirer son épingle du jeu en devenant la plateforme de référence pour organiser ses micro-mobilités ? Ou bien devrons-nous laisser à Uber ce rôle crucial de captation de la valeur et de la donnée de mobilité ?

--

--

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store